A propos de l’éducation

L’éducation habituelle

  • Prédominance des fonctionnements, des valeurs et des croyances appartenant à la famille, à la société et à la culture➔ peu ou pas de place faite à l’élaboration et l’expression d’une pensée personnelle chez l’enfant, avec des possibilités de tâtonnement, d’erreur et d’ajustement.
  • Répression ou peu de considération pour la vie sensible et émotionnelle ➔ méconnaissance de soi et de ce qui constitue la personne: ressentis, besoins fondamentaux, potentiel, capacités et compétences.
  • Décision et action en conformité avec ce qui est attendu➔  le référentiel qui dirige l’action du jeune  vient de l’extérieur avec le risque soit de grande soumission, soit de réactivité dysfonctionnante quand le milieu est défavorable. Le manque d’accès au référentiel intérieur ne permet pas de prise de recul ni d’ajustement des actions pour s’adapter à l’environnement tout en gardant son intégrité, ce qui fait la maturité de la personne.

➔L’enfant grandit en perdant confiance en sa pensée personnelle, en sa capacité à explorer le monde, à y faire des expériences et à s’ajuster pour trouver son propre chemin. La possibilité d’erreur est tellement source d’angoisse que toute initiative est problématique.

Les actions sont soit conformistes soit en réaction de manière impulsive. L’existence devient un cortège d’obligations ou d’actions en réaction, vidées de leur sens puisque la direction et la signification des actes ne viennent pas de l’élan intérieur.

Beaucoup trop de nos jeunes éprouvent et fuient cette sensation de vide intérieur, coupés de leurs ressentis et de leur moteur, méconnaissant leurs besoins fondamentaux. A l’âge d’une plus grande autonomie par rapport au milieu familial et d’une plus grand ouverture vers le milieu social entraînant des frictions inévitables avec l’environnement, la non-écoute et la non prise en compte de soi entraînent une remise en question douloureuse de ce qui fait la richesse et l’unicité de la personne: ses ressentis, ses spécificités, ses particularités ,ses valeurs, etc.

La difficulté du retour vers soi est à la mesure de l’exil de soi.

La proposition de l’Agir-thérapie

Arrêtons de blesser nos enfants par ignorance d’une réponse en adéquation avec leur sensibilité.

Arrêtons de les exiler de ce qui les constitue, par manque de connaissance et d’outils.

Nos peurs nous font leur servir des pensées prémâchées, des raisonnements exclusifs de toute « folie », des expériences sécurisées, prêtes à consommer, construites par d’autres: tout sauf une expérience réelle issue de la profondeur qui donne un sens à l’existence, toujours avec une part de risque. Elles nous font dresser autour de nos enfants, sous couvert de protection, des barrières qui les étouffent et qui les empêchent d’explorer ce qu’ils portent en eux.

Accompagnons les dans l’élaboration d’une pensée personnelle.

Ne donnons pas de réponses toutes faites mais à travers des questionnements, aidons les à trouver leur propres réponses.

Intéressons-nous à ce qui va bien en eux et qui est caché par des comportements apparemment aberrants .

Ne leur demandons pas trop vite de savoir qu’ils feront de leur existence.

Encourageons leur audace quand ils osent des expérimentations, sans forcément savoir où cela va mener ni si cela va aboutir ou non.

Sortons les de la peur tétanisée de l’erreur.

Pour cela, ne leur demandons pas de tout réussir d’un coup.

Mais ne les laissons pas livrés à eux-mêmes au nom de l’expérimentation et de la liberté.

Laissons leur le temps.

Le temps de nous dire « non » pour aller à la rencontre d’eux-mêmes.

Le temps de ressentir le besoin de « nous », le besoin de notre présence, havre de paix, de sécurité, d’enveloppe et en même temps de liberté.

Le temps de ressentir le besoin de « nos coups de pied dans les fesses » pour avancer.

Le temps de revenir pour partager le vécu, poser des questions, se faire bousculer si besoin et trier dans les réponses ce qui est bon pour soi.

Le temps de repartir en sachant qu’ils peuvent revenir.

L’Agir-thérapie vous propose des concepts, postures et outils pour aider nos enfants à rester à l’écoute de qui ils sont et à oser l’être. Les 5 premiers modules de la première année de l’Ifpré qui sont aussi les les modules du stage « Aller avec le courant » ( voir page Stages) vous forment dans ce sens.

Plus d’informations sur les outils , postures et concepts en suivant ce lien https://ifpre.com/a-propos-de-leducation

ainsi que ce lien https://ifpre.com/conferences (vidéos « La prise en compte des émotions et des besoins de l’enfant » et « Soutenir la motivation dans l’éducation »).